Deux belges partent aux Philippines une semaine après que le typhon Haiyan ait ravagé le pays
décembre 25, 2013
0 comments
Share

Deux belges partent aux Philippines une semaine après que le typhon Haiyan ait ravagé le pays

Quentin et Baubouin sont deux amis belges résidant à Ho Chi Minh Ville, Vietnam. Durant la fin du mois de novembre, les deux jeunes décident de partir aux Philippines aider les rescapés du typhon Haiyan. De retour à Saïgon, ils lancent leur projet humanitaire. A travers un blog, ils nous racontent leur expérience en tant que bénévoles et nous éclairent sur le rôle des organisations caritatives, des firmes et des médias dans un contexte de catastrophe naturelle. 

 

Tout commence par un texto.

Quentin était rentré des Philippines quelques semaines déjà et je n’avais toujours pas eu l’occasion de le revoir. C’est dans un bar en centre-ville que je rejoins mon ami que je n’avais pas vu depuis maintenant quelques mois. Je remarque immédiatement qu’il a changé. En plus d’être amaigri, il est plus calme et serein.

Les bières s’enchaînent, l’alcool monte (pour moi) et la discussion banale météo-boulot dérive sur son voyage aux Philippines.

Pendant deux heures, nous avons abordé une bonne dizaine de sujets dont la politique, les ONG et les FMN.

Il me confie que cette expérience les a profondément marqué et qu’ils en ont fait un blog. En plus d’avoir retranscrit leur histoire, ils ont lancé un projet humanitaire pour aider la population de Tacloban et comptaient bien y retourner dans quelques mois.

Sur la route, je réalise que les images de catastrophe vues à la télévision sont devenues une banalité alors que la réalité vue de ses propres yeux apparaît bien plus impressionnante.
En dix minutes, je croise un cadavre gonflé au bord de la route, un conteneur de bâteau écorché et assailli par des dizaines de philippins, qui fuient ensuite deux flics armés de M16 arrivant en courant.
– Quentin, Jour 2, StandUpTacloban.com

Une semaine après le typhon Haiyan, Tacloban, une ville costière au sud-est de Manille, offre un paysage chaotique. Ce qui constituaient jadis des habitations, ne sont plus que ruines. Les cadavres s’entassent et l’odeur de la mort inonde l’espace, laissant croire à une fin du monde.

Dans ce paysage apocalyptique, c’est l’entre-aide et le système D avant tout. A présent, l’argent n’a plus de réelle valeur. Quelques cigarettes sont troquées contre une bouteille d’eau. Cette même bouteille est ensuite échangée contre un bol de nouilles… C’est ainsi qu’on vécu Quentin et Baudouin durant 9 jours. Couchant dans un logement de fortune, se nourrissant de ce que leur offraient gracieusement les sinistrés, s’enrichissant de rencontres improbables.

 

Pour ne pas trop trop spoiler, je terminerai en disant que ce blog s’apparente davantage à un journal intime. L’histoire (racontée jour après jour, par l’un puis par l’autre) propose de s’immiscer discrètement dans leur quotidien à Tacloban, et de vivre avec eux, ces 9 jours quelque peu surnaturels. Un témoignage juste et honnête (sans parler des photographies incroyables) qu’il serait dommage de ne pas partager.

 

Le blog et le reportage photographique sont disponibles sur StandUpTacloban.com, et la page de donation sur StandUpTacloban.org

 

Crédit photo: StandUpTacloban.com

Avant qu’on ne me le demande: cet article n’est pas du tout sponsorisé. 

Commentaires

Commentaires

Q3

Q3

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment